Quelle place a le travail dans cette nouvelle décennie ?

Les médias, ainsi que nos expériences professionnelles et privées, nous confrontent à, et nous décrivent, l’émergence de postures différentes des jeunes vis-à-vis du travail. Le modèle ancien, une carrière au centre de la vie entre la fin des études et la retraite, est considéré comme désuet par la génération montante. Ce qui compte, c’est l’expérience de vie, tout au long de celle-ci, et dans un sens très large.

Cette attitude a de nombreux avantages : avant tout, elle permet l’affranchissement de ce qui a, par beaucoup d’entre les plus expérimentés, été considéré comme une dictature de la carrière : le succès professionnel comme mesure de la réussite dans la vie. Les conséquences concrètes de cette libération sont une égalité grandissante dans le couple face aux responsabilités familiales, une remise en cause de ce qui constitue une vie accomplie, une recherche sincère du « bonheur », à défaut d’un terme plus adéquat. Cette attitude permet aussi un engagement plus fort dans ce que chacun entreprend, car la motivation n’est pas que, parfois pas du tout, financière : elle est l’aboutissement du sens que l’on veut donner à sa propre existence. Des vocations dans l’humanitaire, la politique ou le social sont nées ainsi. Comme nous le savons, personne n’est aussi efficace que quand il est motivé.

Pourtant, ce changement radical crée aussi quelques ombres. Nos institutions sociales (assurance maladie, AVS,…) sont basées sur une logique de solidarité. Notre société civilisée, le fruit de siècles de travail, d’efforts, de sacrifices et de drames, est aussi le fruit de la solidarité intergénérationnelle, un accord tacite entre le fait que la génération d’après va reprendre le flambeau et va sincèrement faire de son mieux pour faire avancer la société à laquelle elle appartient. La question ne s’est jamais vraiment posée avant : une forme d’instinct ou d’intuition a dicté la marche à suivre.

Or, l’affranchissement mentionné plus haut a aussi quelques relents d’égoïsme, de repli sur soi. Par analogie, la critique faite aux pays du Golfe qui profitent de leur manne pétrolière et mangent leur capital sans penser au lendemain. Les droits multiples dont nous bénéficions ici, en Suisse, sont assortis de devoirs qui équilibrent le système. Si nous renonçons aux devoirs, a-t-on accès aux droits ?

Nous sommes convaincus que l’épanouissement de la vie passe, entre autres, par le travail, quel qu’il soit. Il est insensé d’imaginer vivre sans sentiment de contribution à la société, sans rôle, aussi minime soit-il. Les entreprises doivent faire plus d’efforts pour que les employés participent au projet, au sens large, dans lequel ils sont impliqués dans leur activité afin que leur motivation perdure ou renaisse.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
teammember mail bkg
Les relations familiales en entreprise : raison et sentiments
Nous n’avons de cesse de faire passer le message, et qui n’est pas notre exclusivité, l’attitude, le comportement, et les…
Comment être sincère avec soi-même
Nous les avons toutes et tous dans nos cercles professionnels et personnels. On les apprécie pour qui elles sont, avec…
Ganci Partners – HR Dinner à Berne le 15 septembre avec Madame Sonia Carril
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme d’échanges. Afin de remplir ce…
Ganci Partners – Board Dinner Berne le 2 septembre 2021 avec Madame Marta Kwiatkowski
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme de discussion. Afin de remplir…
Je suis actuellement absent du bureau…
Vous avez rayé toutes les tâches de votre « to do list » et vidé votre boîte de réception. Il ne vous…
CEO visionnaire ou roitelet destructeur
Le titre peut faire sourire, ou grincer des dents, c’est selon. Il s’agit de revenir sur un thème maintes fois…
Ganci Partners – CEO Dinner à Zurich avec Monsieur Markus Gfeller
L’une des idées de Ganci Partners est de réunir des personnalités charismatiques provenant de différents secteurs afin de promouvoir les…
Ganci Partner – CEO Dinner à Genève avec Madame Chabi Nouri
Attaché à jouer un rôle fédérateur au sein de la communauté des leaders d’entreprises, le cabinet Ganci Partners promeut et…
Ganci Partners – Board Presidents Dinner avec Madame Karin Perraudin, Présidente du Conseil d’Administration du Groupe Mutuel
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
L’EXECUTIVE SEARCH: LA RESPONSABILITÉ DE DÉCIDER QUI DÉCIDERA
« Chasseur de têtes », quelle horrible expression ! A plusieurs reprises, je me suis retrouvé à devoir expliquer à des personnes fraîchement…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch