L’intelligence émotionnelle – le nouveau graal ?

Les émotions n’ont pas leur place dans un contexte professionnel, surtout chez les leaders !

Exclues ou bannies, les émotions dérangent et doivent rester en dehors de l’entreprise. Les révéler est perçu comme un signe de faiblesse qui a un impact négatif sur les performances. Les managers, comme les employés, devraient les dissimuler pour ne pas écorner leur image de leader fort, maîtrisant toutes les situations et résistant à la pression.

Cette idée, largement répandue dans la vie des entreprises jusqu’à ces dernières décennies, a pris aujourd’hui une autre tournure. Elle est même devenue un sujet de discussion majeur dans les sphères des ressources humaines 4.0.

Dans son rapport intitulé « The Future of Jobs 2020 »[i], le WEF a identifié 10 compétences indispensables aux leaders. L’intelligence émotionnelle (IE) arrive en 6ème position juste après « l’esprit d’équipe » et avant « la prise de décision ».

Dès lors, l’intelligence émotionnelle doit-elle être considérée comme un frein ou plutôt comme un levier à la performance ?

Popularisée par le psychologue américain Daniel Goleman, un haut niveau d’IE chez un leader serait un facteur d’excellence individuelle et favoriserait la performance collective.

Aujourd’hui, l’expression de ses émotions au travail est encouragée. Pléthore d’articles mettent en avant les bénéfices de l’intelligence émotionnelle et son influence positive sur la performance des entreprises. Nombre d’entre elles misent sur l’IE afin de développer l’efficience de leurs leaders et collaborateurs. Elle est désormais intégrée dans les pratiques managériales et fait partie des stratégies RH dans le recrutement et la rétention des talents.

Précisons cependant, que ce sont surtout des émotions dites “positives” qui sont tolérées en entreprise, telles que la passion, l’enthousiasme et l’optimisme !

Phénomène de mode, restons toutefois attentifs à ne pas tout miser sur la compétence émotionnelle des individus. Indispensable dans certains contextes, cette aptitude pourrait s’avérer sensiblement néfaste dans d’autres. Vouloir à tout prix la développer en interne à tous les niveaux, n’est pas « la solution miracle » à l’augmentation de la performance, comme le prétendent certains articles ou analyses.

A l’aise dans la gestion de conflits et la motivation des équipes, les personnes possédant un quotient émotionnel élevé seraient cependant moins disposées à prendre des risques, à innover, à gérer des situations de crise, de changement ou encore de croissance rapide[ii]. A trop vouloir privilégier l’IE, serions-nous en train de délaisser l’intelligence cognitive (IC), plus étroitement corrélée au succès de l’entreprise ? Ces deux formes d’intelligence devraient idéalement être complémentaires afin de garantir une meilleure mixité des compétences, véritable levier de performance à tous niveaux, et non uniquement financièr


[i] https://www.weforum.org/reports/the-future-of-jobs-report-2020/

[ii] https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2020/07/30727-arretez-de-tout-miser-sur-lintelligence-emotionnelle/

teammember mail bkg
Même pas peur !
Le privilège de l’âge semble, entre autres, être la capacité à prendre du recul, à mieux se connaître, à mieux…
Dieu merci, c’est vendredi !
Article qui sera publié le jeudi 20 juin dans le 24 heures et vendredi 21 juin dans la Tribune de…
Recruter: science ou art?
Le débat de savoir si l’économie – les sciences économiques comme l’appellent d’ailleurs certaines facultés universitaires – est une science…
Ganci Partners : Leader romand parmi les meilleurs cabinets d’Executive Search en Suisse
Une fois n’est pas coutume, nous souhaitons profiter de cet envoi non pas pour partager avec vous une nouvelle chronique,…
Pareto, le baromètre de l’énergie organisationnelle
Récemment, nous sommes tombés sur un article discutant de la règle de Pareto en ce qui concerne votre équipe. L’essentiel…
IL N’Y A PAS DE SENS À EMBAUCHER DES GENS INTELLIGENTS ET LEUR DIRE CE QU’ILS DOIVENT FAIRE
Chronique qui sera publiée le jeudi 14 mars dans le 24Heures et le vendredi 15 mars dans La Tribune de Genève Nous…
Occuper sa place
La vie d’entreprise génère de nombreux plaisirs et de multiples frustrations, comme toute vie en communauté et en famille. Succès,…
LE BONHEUR (ET SON IMPORTANCE POUR LE SUCCES PROFESSIONNEL)
Par Melanie Tschugmall Alors que la nouvelle année commence, beaucoup d’entre nous ont pris des résolutions visant à améliorer des…
Tous Coach?
Article également publié le 11 janvier 2024 dans le 24heures et la Tribune de Genève Malgré mon admiration et ma…
Mourir avec zéro
Article également publié dans l’édition de janvier 2024 de PME Magazine Le titre de cette chronique est une référence au…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch