Le chasseur chassé

Pour quiconque s’intéresse aux entretiens de recrutement, il est une évidence que l’auto-description de leur personnalité par des candidates et des candidats est, au mieux, un départ de conversation et, au pire, une contre-vérité (même si elle est de bonne foi). Pourquoi ? Premièrement, l’image que l’on a de soi est incomplète ou fausse (pour les personnes de peu d’expérience particulièrement) ; ensuite, on veut toujours faire bonne impression et ne pas laisser transparaître les traits de caractère que l’on aime pas chez soi ; et puis on essaie de correspondre à ce que l’entreprise recherche en termes de profil. Une méthode plus efficace consiste à faire relater des faits passés réels, illustrés par des exemples concrets de comportement et de prise de décision. Pour les pros : le CBI ou Competence Based Interview.
 
Les entreprises quant à elles ont, pour la plupart, les mêmes « défauts » : elles affichent dans leur hall d’entrée valeurs et mission, et parsèment leur site internet de citations de personnages illustres censées donner une image favorable de leur culture. On ne connaît jamais vraiment la personnalité d’une entreprise (ou d’un département) avant d’y avoir travaillé. Quelques jours de stage sont la meilleure façon de pallier ce manquement, mais souvent difficiles à organiser, ou proscrits pour des questions de confidentialité.
 
Alors comment faire la part des choses entre ce qui est affiché et ce qui est vécu quand vous êtes invité·e à un entretien ? Il existe des moyens indirects d’en apprendre sur la culture d’entreprise : des sites spécialisés, les anciens et actuels employés, les coupures de presse.  Mais conflits d’intérêt ou agendas cachés limitent la pertinence de l’information. Alors mieux vaut se comporter comme un intervieweur expérimenté et poser des questions suffisamment pointues pour qu’elles ne relèvent pas d’informations générales – chiffre d’affaires, nombre d’employé·es, sites de production – ou qui permettent de se cacher derrière des qualificatifs, mais qui donnent une image aussi authentique que possible du comportement de la personne en face de vous, dans la vie d’entreprise de tous les jours.
 
Ce n’est pas simple ! Il est difficile de décrire, ou de revivre, un événement ou un comportement. Vous pouvez commencer par une demande concrète sur une valeur d’entreprise. Si par exemple votre interlocuteur·trice déclare qu’il existe une politique de la porte ouverte, insistez pour savoir si c’est à tous les échelons hiérarchiques, si c’est à tout moment, et surtout, dans quelle situation cette politique n’est pas appliquée. La réponse vous donnera une vision plus claire de la réalité.
 
Vous pouvez aussi augmenter le niveau de détail, en particulier si vous rapporterez à la personne assise en face de vous. « Donnez-moi un exemple de personne promue par vous récemment et pourquoi ? » ; « Comment débutez-vous vos meetings et comment accordez-vous le temps de parole ? » ; « Restez-vous connecté·e les week-ends et les vacances ? » ; « Décrivez-moi le conflit le plus récent qui s’est produit dans votre équipe et pourquoi ;  comment a-t-il été résolu ? ». L’éventail des questions est illimité et dépend de l’industrie, du niveau du poste et de la situation. Ces questions peuvent paraître impertinentes, mais sont légitimes et riches en enseignement.
 
Il est trop facile de clamer un comportement et de ne pas l’appliquer. Posez des questions, l’information fournie sur le fond est aussi intéressante que sur la forme : l’aisance dans la réponse en dit aussi long sur la réalité et la sincérité.

teammember mail bkg
Les limites de la numérisation
La numérisation et la pénurie de talents sont deux tendances actuelles qui, par nature, affectent fortement le secteur de l’Executive…
Déjeuner avec Nicolas Durand,
Co-fondateur et CEO d’Abionic
Ganci Partners a lancé en 2018 une série de déjeuners-interviews avec des dirigeantes et dirigeants d’entreprises locales, concept que nous…
Ganci Partners – CEO Dinner Genève le 5 mai 2022 avec Monsieur Denis Berdoz
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale, au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
Vers une Grande Démission en Suisse ?
Selon le bureau américain des statistiques du travail, en 2021, plus de 48 millions d’Américaines et d’Américains ont volontairement quitté…
Plaisir et Sens
Les personnes que nous côtoyons quotidiennement, que l’initiative de la prise de contact vienne d’elles ou de nous dans une…
Ganci Partners – Board Breakfast Lausanne le 24 mars 2022 avec Madame Brigitte Rorive Feytmans
En dehors de notre activité principale de recherche de dirigeant∙e∙s, chez Ganci Partners, nous nous attachons à favoriser les échanges…
Déjeuner avec Michael De Vivo, Co-fondateur et CEO de depsys
Restaurant Le Chat Noir, Lausanne – Février 2022 Ganci Partners a lancé en 2018 une série de déjeuners-interviews avec des…
Ganci Partners – HR Breakfast Lausanne le 1er mars 2022 avec Madame Sonia Studer
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale, au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
(Pourquoi diable !) tout le monde veut devenir administrateur.
Jusque dans les années 1990, une activité d’administrateur[1] de société représentait souvent le point culminant d’une carrière et une reconnaissance…
L’art d’en baver
Dans notre monde professionnel, l’effort et l’engagement, en particulier lors de la prise de fonction d’un nouveau poste, sont des…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch