Le (Bon) Goût De L’effort

Dans une actualité surchargée, il est peut-être une info qui vous aura échappé : en Suisse, les vélos de course et home trainer, compléments nécessaires à la pratique de la petite reine dans votre salon, sont en rupture de stock. Deux mois d’attente minimum annoncent les experts les mieux renseignés. Chaine de production ralentie, Covid oblige, combinée à une demande qui a explosé. Eh oui, il n’y a pas que Netflix qui voit le nombre de ses fidèles augmenter par temps de pandémie ! Au-delà de l’engouement, ce manque (de stock) est l’heureux signe d’un plein : un plein d’envie, un plein d’énergie, qui alors même que le monde est contraint à l’arrêt, nous pousse à vouloir pédaler dans notre salon. Si nous avons perdu beaucoup de choses au fil de cette année passée sous le signe du Covid, il en est donc visiblement une que les cyclistes, tout comme les nouveaux adeptes du yoga à la maison ou de la cuisine en mode Top Chef, n’ont pas perdue ; c’est le goût de l’effort. Si rien ne nous oblige à nous infliger la montée du Tourmalet – pour les plus entraînés – alors que notre canapé nous tend les bras, c’est bien que, masochistes mis à part, nous tirons de cet effort une réelle satisfaction.
 

La transpiration aurait des vertus certaines sur notre moral. Les pédopsychiatres le confirment d’ailleurs, indiquant que les enfants les moins sujets à la dépression à l’adolescence et les plus stables émotionnellement sont ceux qui ont acquis jeunes ce goût de l’effort, à travers le sport, la lecture, mais aussi les devoirs scolaires. Et ce, plus encore, lorsque s’exerce une forme de résistance dans l’effort (résistance de l’eau pour les nageurs par exemple). Ce que l’enfant construit c’est sa capacité à poursuivre une activité en continu, dans la durée, en y mettant une certaine dose de concentration, d’engagement et d’intensité. Et ce à quoi il goûte c’est le plaisir structurant d’y être arrivé et de belle manière. Le guide-des-120-aphorismes-pour-vivre-heureux résumerait certainement cela par l’irritant « rien de grand ne s’est accompli sans effort » (« no pain no gain » dans la version anglaise), ou votre chef au cours de votre évaluation de compétences par « to go the extra mile ». Mon arrière-grand-père pâtissier aurait modestement appelé cela « le goût du travail bien fait ».

Dans une époque qui oscille entre quête de sens des individus et actualité quasi kafkaïenne, il semblerait que, sur le front du travail, il existe une manière humble et modeste de « donner du sens ». La même que celle de mon arrière-grand-père pâtissier : retirer du plaisir et de l’énergie d’un travail accompli dans les règles de l’art, jusque dans le moindre détail, pour les autres mais aussi (et peut-être surtout) pour soi-même. Une alternative salutaire à une image d’une réalité professionnelle confinée entre burnout et bore-out. Parce qu’au bureau comme à vélo, le goût de l’effort a du bon.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
teammember mail bkg
Les relations familiales en entreprise : raison et sentiments
Nous n’avons de cesse de faire passer le message, et qui n’est pas notre exclusivité, l’attitude, le comportement, et les…
Comment être sincère avec soi-même
Nous les avons toutes et tous dans nos cercles professionnels et personnels. On les apprécie pour qui elles sont, avec…
Ganci Partners – HR Dinner à Berne le 15 septembre avec Madame Sonia Carril
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme d’échanges. Afin de remplir ce…
Ganci Partners – Board Dinner Berne le 2 septembre 2021 avec Madame Marta Kwiatkowski
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme de discussion. Afin de remplir…
Je suis actuellement absent du bureau…
Vous avez rayé toutes les tâches de votre « to do list » et vidé votre boîte de réception. Il ne vous…
CEO visionnaire ou roitelet destructeur
Le titre peut faire sourire, ou grincer des dents, c’est selon. Il s’agit de revenir sur un thème maintes fois…
Ganci Partners – CEO Dinner à Zurich avec Monsieur Markus Gfeller
L’une des idées de Ganci Partners est de réunir des personnalités charismatiques provenant de différents secteurs afin de promouvoir les…
Ganci Partner – CEO Dinner à Genève avec Madame Chabi Nouri
Attaché à jouer un rôle fédérateur au sein de la communauté des leaders d’entreprises, le cabinet Ganci Partners promeut et…
Ganci Partners – Board Presidents Dinner avec Madame Karin Perraudin, Présidente du Conseil d’Administration du Groupe Mutuel
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
L’EXECUTIVE SEARCH: LA RESPONSABILITÉ DE DÉCIDER QUI DÉCIDERA
« Chasseur de têtes », quelle horrible expression ! A plusieurs reprises, je me suis retrouvé à devoir expliquer à des personnes fraîchement…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch