L’attention

Il y a dans la vie des moments où les choses basculent. Pas forcément des choses graves, des choses parfois triviales d’ailleurs : un bouchon de trop à la sortie du travail nous fait envisager sérieusement (avec recherches de solutions concrètes à la clé) les transports publics ou le vélo, une facture de téléphone portable au retour des vacances nous pousse à comparer (enfin !) les prix des différents opérateurs, une note en maths catastrophique de plus de notre enfant nous fait appeler une organisation de soutien scolaire.

C’est ce qui s’est passé cette semaine quand la conjonction de deux faits que l’on m’a rapportés me font dire qu’il faut « tirer un trait dans le sable ». Et cela concerne l’utilisation des outils de communication modernes, smartphones en l’occurrence.

Nous avons tous un petit mot ironique, condescendant, voire moralisateur pour ces personnes, (dont on ne fait évidemment pas partie…) qui ne peuvent délaisser leur téléphone intelligent et qui sont rivés, 24/24 365/365, sur leur écran. Si de plus c’est une génération de personnes plus jeunes, nous pouvons nous réfugier dans le sentiment agréable que c’est cela justement, une question de génération. Et l’incompréhension intergénérationnelle est, littéralement, vieille comme le monde

Mais dans les cas qui nous occupent, je me sens justifié et légitime dans mon irritation. Premier cas, celui d’un nouveau, jeune, collaborateur, c’est son premier jour de travail, on l’accompagne dans un tour des bureaux, on le présente à ses nouveaux collègues, il garde le smartphone à la main et, entre deux présentations à des nouveaux collaborateurs, voire pendant, il jette un œil à peine furtif à son écran ! Deuxième cas, presque plus grave. Celui d’un entretien de recrutement. Les deux interlocuteurs représentant l’employeur posent à tour de rôle des questions et quand le candidat répond, l’un des deux consulte ses messages (ou Tinder, mais cela on ne le sait pas, même si on aimerait beaucoup…).

Dans le premier cas, j’ai envie de dire que la personne incriminée manque de savoir-vivre, mais que c’est une chose qui s’apprend et à priori tout espoir est permis. Le rendre attentif et faire prendre conscience de sa maladresse est la responsabilité de son employeur et souvent le premier pas vers la rédemption. Et cette petite leçon, si elle ne lui coûte pas trop cher, pourra lui rapporter gros pour la suite de sa carrière. Peut-être faudrait-il plutôt accuser ses parents de ne pas avoir su mettre un cadre dans l’environnement familial (et ne pas lui avoir inculqué un minimum de politesse).

Dans le second cas, je suis plus perplexe. D’abord des personnes d’expérience devraient avoir ce minimum de politesse qui manque à notre jeune homme, là le changement va être compliqué. Bien sûr, qui d’entre nous n’a jamais pensé à autre chose lors d’un entretien de recrutement, qui plus est si le candidat ne convainc pas. Ou a posé deux fois la même question, ou a raccourci l’entretien par manque d’intérêt. Mais il me semble qu’il y a ici un pas qui a été franchi et que l’on ne devrait pas tolérer socialement. Si je suis en conversation avec quelqu’un, qui plus est une conversation professionnelle délimitée dans le temps, j’ai le droit à l’entière concentration (et si ce n’est à la concentration elle-même, alors à son apparence) de mon interlocuteur. C’est simple : on dit ‘bonjour’, ‘s’il vous plaît’ et ‘merci’ et on prête attention à son interlocuteur.

Mais que faire de ce petit coup de colère ? Je ne suis pas particulièrement courageux et encore moins donneur de leçons. Mais là, j’ai bien l’intention de réagir la prochaine fois que mon interlocuteur accorde plus de place à son écran qu’à moi (et en ce qui concerne le changement de caisse-maladie, cela attendra encore…). Et si vous êtes d’accord avec moi, joignez la fronde !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
teammember mail bkg
Les relations familiales en entreprise : raison et sentiments
Nous n’avons de cesse de faire passer le message, et qui n’est pas notre exclusivité, l’attitude, le comportement, et les…
Comment être sincère avec soi-même
Nous les avons toutes et tous dans nos cercles professionnels et personnels. On les apprécie pour qui elles sont, avec…
Ganci Partners – HR Dinner à Berne le 15 septembre avec Madame Sonia Carril
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme d’échanges. Afin de remplir ce…
Ganci Partners – Board Dinner Berne le 2 septembre 2021 avec Madame Marta Kwiatkowski
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme de discussion. Afin de remplir…
Je suis actuellement absent du bureau…
Vous avez rayé toutes les tâches de votre « to do list » et vidé votre boîte de réception. Il ne vous…
CEO visionnaire ou roitelet destructeur
Le titre peut faire sourire, ou grincer des dents, c’est selon. Il s’agit de revenir sur un thème maintes fois…
Ganci Partners – CEO Dinner à Zurich avec Monsieur Markus Gfeller
L’une des idées de Ganci Partners est de réunir des personnalités charismatiques provenant de différents secteurs afin de promouvoir les…
Ganci Partner – CEO Dinner à Genève avec Madame Chabi Nouri
Attaché à jouer un rôle fédérateur au sein de la communauté des leaders d’entreprises, le cabinet Ganci Partners promeut et…
Ganci Partners – Board Presidents Dinner avec Madame Karin Perraudin, Présidente du Conseil d’Administration du Groupe Mutuel
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
L’EXECUTIVE SEARCH: LA RESPONSABILITÉ DE DÉCIDER QUI DÉCIDERA
« Chasseur de têtes », quelle horrible expression ! A plusieurs reprises, je me suis retrouvé à devoir expliquer à des personnes fraîchement…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch