La dictature de la reconnaissance

La quête de, voire la dérive vers, l’individualisme n’aura échappé à personne. Les exemples sont multiples, et les réseaux sociaux la vitrine. Individualisme ici n’est pas défini dans le sens ancien, à savoir son origine, sa nationalité ou son appartenance à un groupe social, mais l’identité propre à sa personne : je suis pareil∙le à nul∙le autre et, quels que soient mes choix, gare à qui ne les respecte pas. Je possède d’ailleurs une myriade d’identités différentes, juxtaposées, superposées, intriquées les unes dans les autres, fluides même, parfois évanescentes.

Qui dit individualisme dit aussi le besoin de le reconnaitre[1] : besoin de reconnaissance de mes choix ou de mes non-choix, de mon orientation sexuelle, de mon origine ou de ma particularité. Un positionnement à l’opposé d’un monde passé, où le groupe, l’appartenance, la communauté primaient sur ses composantes.

Dans le monde du travail, l’importance de la reconnaissance est un thème sur lequel la plupart tombe d’accord : une entreprise, à travers ses instances dirigeantes, se doit de reconnaître le travail bien fait, savoir dire merci, exprimer au groupe, et surtout à chacun∙e de ses membres, la gratitude qui lui est dévolue. Au point même d’évacuer la question de sa pertinence: au-delà de ce que je fais, il faut d’abord que j’existe dans l’œil de l’autre pour qui je suis. Avant de la reconnaissance, nous recherchons de la légitimation.

Cette tendance est-elle vraiment saine ? Pourquoi sommes-nous devenus si accros au jugement des autres ? N’avons-nous donc pas assez (de) confiance en nous-même, de recul sur nos capacités, d’esprit critique sur nos forces et nos faiblesses, que nous dépendions tellement de l’avis des autres ? Ne nous connaissons nous pas suffisamment ? Plusieurs études ont prouvé que la reconnaissance et la gratification infondées des enfants leur fait perdre confiance en eux, car ils ne savent plus à quel étalon se fier. Sommes-nous tous devenus de grands enfants insécures ? Nietzsche[2] déjà se lamentait de ce besoin d’esclave : seuls les soumis ont besoin du jugement d’autrui pour construire leur système de valeur à leur propre sujet. Être un humain signifie pouvoir fonctionner sans l’avis d’autrui, ou du moins sans s’inféoder à son avis, pouvoir l’écouter et faire la différence entre flatterie, manipulation et admiration.

Et pourtant…comme cela fait du bien une tape sur l’épaule quand on est au bout du rouleau ! Un merci quand on s’est donné tellement de mal. Nous l’avons toutes et tous vécu. Même sans être dépendant∙es.

Peut-être que si nous faisions correspondre notre vie privée et professionnelle au plus près de celle à laquelle nous sommes destiné∙es et qui donc nous ressemble, nous n’aurions pas ce besoin insatiable être reconnus dans notre travail. La plénitude d’être en lien avec soi nous suffirait entièrement.

Voilà un idéal que j’invite tout le monde à poursuivre, la quête et le travail d’une vie sans doute. 


[1] Haud Guéguen, Guillaume Malochet, Les théories de la reconnaissance, Paris, La Découverte, 2014, pp. 3-6

[2] Nietzsche, Par-delà bien et mal, Le livre de Poche, 1996, § 261

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
teammember mail bkg
La compétence n’a aucune importance
Titre pour le moins iconoclaste lorsqu’il provient d’un cabinet de recrutement accompagnant ses clients dans la recherche des meilleurs talents.…
Voeux De Fin D’année
Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis, L’actif le plus important de toute entreprise est son personnel. Chez Ganci Partners nous…
Ganci Partners – Board Breakfast Zurich le 11 novembre 2021 avec Monsieur Morten Hannesbo
Le 11 novembre, Ganci Partners a à nouveau organisé un événement en petit comité : Le Board Breakfast, au restaurant Schiller…
Chasseurs de rêveurs…
Si nos clients nous demandent parfois d’identifier un∙e candidat∙e plug & play, ayant évolué sur un poste ou un secteur très…
Par ici la sortie !
Comme de nombreuses personnes nées entre la fin du baby-boom et l’élection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis,…
Les relations familiales en entreprise : raison et sentiments
Nous n’avons de cesse de faire passer le message, et qui n’est pas notre exclusivité, l’attitude, le comportement, et les…
Comment être sincère avec soi-même
Nous les avons toutes et tous dans nos cercles professionnels et personnels. On les apprécie pour qui elles sont, avec…
Ganci Partners – HR Dinner à Berne le 15 septembre avec Madame Sonia Carril
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme d’échanges. Afin de remplir ce…
Ganci Partners – Board Dinner Berne le 2 septembre 2021 avec Madame Marta Kwiatkowski
L’une des missions de Ganci Partners est d’offrir aux membres de notre réseau une plateforme de discussion. Afin de remplir…
Je suis actuellement absent du bureau…
Vous avez rayé toutes les tâches de votre « to do list » et vidé votre boîte de réception. Il ne vous…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch