La dictature de la reconnaissance

La quête de, voire la dérive vers, l’individualisme n’aura échappé à personne. Les exemples sont multiples, et les réseaux sociaux la vitrine. Individualisme ici n’est pas défini dans le sens ancien, à savoir son origine, sa nationalité ou son appartenance à un groupe social, mais l’identité propre à sa personne : je suis pareil∙le à nul∙le autre et, quels que soient mes choix, gare à qui ne les respecte pas. Je possède d’ailleurs une myriade d’identités différentes, juxtaposées, superposées, intriquées les unes dans les autres, fluides même, parfois évanescentes.

Qui dit individualisme dit aussi le besoin de le reconnaitre[1] : besoin de reconnaissance de mes choix ou de mes non-choix, de mon orientation sexuelle, de mon origine ou de ma particularité. Un positionnement à l’opposé d’un monde passé, où le groupe, l’appartenance, la communauté primaient sur ses composantes.

Dans le monde du travail, l’importance de la reconnaissance est un thème sur lequel la plupart tombe d’accord : une entreprise, à travers ses instances dirigeantes, se doit de reconnaître le travail bien fait, savoir dire merci, exprimer au groupe, et surtout à chacun∙e de ses membres, la gratitude qui lui est dévolue. Au point même d’évacuer la question de sa pertinence: au-delà de ce que je fais, il faut d’abord que j’existe dans l’œil de l’autre pour qui je suis. Avant de la reconnaissance, nous recherchons de la légitimation.

Cette tendance est-elle vraiment saine ? Pourquoi sommes-nous devenus si accros au jugement des autres ? N’avons-nous donc pas assez (de) confiance en nous-même, de recul sur nos capacités, d’esprit critique sur nos forces et nos faiblesses, que nous dépendions tellement de l’avis des autres ? Ne nous connaissons nous pas suffisamment ? Plusieurs études ont prouvé que la reconnaissance et la gratification infondées des enfants leur fait perdre confiance en eux, car ils ne savent plus à quel étalon se fier. Sommes-nous tous devenus de grands enfants insécures ? Nietzsche[2] déjà se lamentait de ce besoin d’esclave : seuls les soumis ont besoin du jugement d’autrui pour construire leur système de valeur à leur propre sujet. Être un humain signifie pouvoir fonctionner sans l’avis d’autrui, ou du moins sans s’inféoder à son avis, pouvoir l’écouter et faire la différence entre flatterie, manipulation et admiration.

Et pourtant…comme cela fait du bien une tape sur l’épaule quand on est au bout du rouleau ! Un merci quand on s’est donné tellement de mal. Nous l’avons toutes et tous vécu. Même sans être dépendant∙es.

Peut-être que si nous faisions correspondre notre vie privée et professionnelle au plus près de celle à laquelle nous sommes destiné∙es et qui donc nous ressemble, nous n’aurions pas ce besoin insatiable être reconnus dans notre travail. La plénitude d’être en lien avec soi nous suffirait entièrement.

Voilà un idéal que j’invite tout le monde à poursuivre, la quête et le travail d’une vie sans doute. 


[1] Haud Guéguen, Guillaume Malochet, Les théories de la reconnaissance, Paris, La Découverte, 2014, pp. 3-6

[2] Nietzsche, Par-delà bien et mal, Le livre de Poche, 1996, § 261

teammember mail bkg
Les limites de la numérisation
La numérisation et la pénurie de talents sont deux tendances actuelles qui, par nature, affectent fortement le secteur de l’Executive…
Déjeuner avec Nicolas Durand,
Co-fondateur et CEO d’Abionic
Ganci Partners a lancé en 2018 une série de déjeuners-interviews avec des dirigeantes et dirigeants d’entreprises locales, concept que nous…
Le chasseur chassé
Pour quiconque s’intéresse aux entretiens de recrutement, il est une évidence que l’auto-description de leur personnalité par des candidates et…
Ganci Partners – CEO Dinner Genève le 5 mai 2022 avec Monsieur Denis Berdoz
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale, au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
Vers une Grande Démission en Suisse ?
Selon le bureau américain des statistiques du travail, en 2021, plus de 48 millions d’Américaines et d’Américains ont volontairement quitté…
Plaisir et Sens
Les personnes que nous côtoyons quotidiennement, que l’initiative de la prise de contact vienne d’elles ou de nous dans une…
Ganci Partners – Board Breakfast Lausanne le 24 mars 2022 avec Madame Brigitte Rorive Feytmans
En dehors de notre activité principale de recherche de dirigeant∙e∙s, chez Ganci Partners, nous nous attachons à favoriser les échanges…
Déjeuner avec Michael De Vivo, Co-fondateur et CEO de depsys
Restaurant Le Chat Noir, Lausanne – Février 2022 Ganci Partners a lancé en 2018 une série de déjeuners-interviews avec des…
Ganci Partners – HR Breakfast Lausanne le 1er mars 2022 avec Madame Sonia Studer
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale, au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
(Pourquoi diable !) tout le monde veut devenir administrateur.
Jusque dans les années 1990, une activité d’administrateur[1] de société représentait souvent le point culminant d’une carrière et une reconnaissance…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch