Déjeuner avec François Randin,
Fondateur et CEO de Green Motion

Déjeuner avec François Randin, Fondateur et CEO de Green Motion

Restaurant La Brasserie Royal Savoy, Lausanne – Octobre 2022

Ganci Partners organise plusieurs fois par année une série de déjeuners-interviews avec des dirigeantes et dirigeants d’entreprises locales.

cb3a72c3 b68d 71ac 1ec1 d7daa4ade2ea


Notre invité de ce mois est François Randin, CEO et Fondateur de Green Motion, jeune pousse vaudoise active depuis 2009 dans les systèmes de recharge pour voitures électriques.

Leader suisse dans son secteur, Green Motion a connu une véritable « success story ». En plus de dix ans, l’entreprise a construit le réseau de bornes de recharge le plus important de Suisse.

Au printemps 2021, la scale-up qui compte alors plus de 100 collaborateurs a été vendue au groupe Eaton, le géant international de l’énergie.

Faisons à présent une parenthèse sur l’intéressant parcours de notre invité.

L’entrepreneuriat, une partie intégrante de votre ADN ?

« Sincèrement, cela est inexplicable. J’ai toujours éprouvé le besoin de mener les actions à ma manière. Jeune diplômé, j’avais le souhait de monter ma propre boîte. Avec quelques amis, on a lancé notre première entreprise dans l’informatique. Puis rapidement, j’ai eu l’envie de développer un produit tangible. L’élément déclencheur a été le pic pétrolier de 2008 où le prix du litre d’essence a passé la barre des CHF 2.-. Une pénurie de carburant pour 2040 était alors annoncée. Les premières voitures électriques comme la Venturi Fétish ou Tesla étaient sur le marché. Cela m’a donné l’idée de concevoir la borne de recharge. J’ai cru au marché de l’électrique et développé un produit que je suis allé vendre.  Je ne remercierai jamais assez les premiers clients qui ont acheté nos produits…sans qu’ils en aient réellement besoin :-).

Avant de rejoindre Eaton, je n’avais jamais été employé. Ma « transformation » en tant que manager au sein d’une multinationale est en train de se faire et cela se passe très bien. C’est peut-être la suite logique de ma carrière, après 20 ans d’entrepreneuriat. »

Votre rôle en tant que fondateur au sein de Green Motion ?

« Chez Green Motion, j’étais le détonateur, le rassembleur. J’ai donné la vision et j’ai su m’entourer des bons partenaires afin que cette vision soit parfaitement exécutée. J’avoue avoir un style relativement directif. Il m’arrive de ne pas toujours intégrer les bonnes idées proposées par mes collègues et de finalement faire à ma manière, en étant convaincu que cette direction est la bonne. C’est le trait de caractère que nous partageons entre fondateurs. Nous avons une vision que nous souhaitons exécuter à tout prix.  Avec le temps, j’apprends à modérer. »

Et votre rôle actuel au sein d’Eaton ?

« C’est bien entendu beaucoup plus consensuel. A présent j’ai un chef, ce qui est nouveau pour moi et j’apprends à écouter mes pairs. Il y a une stratégie au niveau du groupe qui n’est plus uniquement la mienne et je dois m’y adapter. Dans un groupe de 100’000 personnes il y a d’excellentes idées et des dimensions et perspectives qui sont différentes et plus importantes. Cela compense largement la grande autonomie et la flexibilité que j’avais auparavant. »

Votre recette pour motiver vos équipes ?

« Chez Green Motion, nous vivions au quotidien l’esprit start-up auquel adhérait la grande majorité des collaborateurs. Ceux qui ont eu peur de l’importante prise de risque sont partis. Nous avions réussi à attirer les meilleurs talents, grâce aux dimensions écologique et technologique (hardware, software, développement des produits). Nous gérions toutes les étapes en interne depuis la mécanique, l’électronique, l’électronique de puissance et les logiciels, jusqu’aux applications mobiles. Cela était à la fois novateur et stimulant pour les équipes. Notre plus grande fierté est d’avoir largement contribué à la plus grande économie de CO2 dans le pays. Actuellement, nous permettons à 100’000 personnes de rouler chaque jour en électrique. Notre technologie se diffuse à travers l’Europe et bientôt à travers le monde.

En tant que leader mondial de gestion intelligente de l’énergie, Eaton se positionne dans un domaine très porteur, ce qui stimule les collaborateurs, même si l’esprit start-up est moins présent. Nous recrutons de nouveaux collègues avec un profil plus international, qui ne nous auraient certainement pas rejoint auparavant. L’un de mes défis est d’arriver à garder la motivation de l’équipe start-up tout en la consolidant avec les nouveaux talents. »

La prochaine étape pour Green Motion au sein d’Eaton ?

« Au printemps 2023, nous aurons terminé le processus d’intégration qui aura duré deux ans. Green Motion est devenue la marque des systèmes de recharge d’Eaton. On parle de bornes Eaton Green Motion, c’est le nom de la gamme.

Nous sommes le centre d’excellence pour les systèmes de recharge électrique. Depuis plus d’une année, cinquante collègues nous ont rejoint. Nos équipes se développent également au sein d’Eaton au niveau international. L’indicateur clé est notre faible turnover. Les collaborateurs se plaisent et s’adaptent au sein de la nouvelle organisation.

Nous avons vendu une entreprise, une technologie et des clients. Le plus important reste les employés.
Aujourd’hui, l’entreprise Green Motion n’existe plus, c’est une marque. Nous avons fermé le site Web et j’avoue que cela m’a fait un petit pincement. »

Quelle est votre relation à l’échec ?

« Si l’échec est lié à ma responsabilité, je le vis bien. J’apprends de mes échecs et suis en mesure de rebondir rapidement. Cependant, je l’accepte plus difficilement s’il est lié à un paramètre que je ne contrôle pas. Cela fait partie des éléments sur lesquels je travaille. »

Votre plus grand défi ?

« A titre privé, c’est la métamorphose d’entrepreneur à manager. Cette transition se passe bien même si cela n’est pas toujours évident. A titre professionnel, sans aucun doute la crise actuelle des composants électroniques. Heureusement que nous n’avons pas vécu cette crise en tant que start-up. Nous aurions été en danger de mort. »  

Une passion ?

« Heureusement, j’en ai plein. Principalement la guitare, le ski, le VTT, la cuisine et la lecture. D’ailleurs, je dépense sans compter quand je suis dans une librairie. Concernant les médias, je les lis désormais sur une tablette. En revanche, les livres j’apprécie les posséder.

En parallèle, je participe également à des projets humanitaires, principalement auprès d’ONG en Suisse. »
 
Votre plus grande force ?


« Je crois que je n’ai peur de rien. Ou rien ne me fait peur ! »

Le mot de la fin

« Nous faisons partie des rares start-ups qui ont réussi à « effectuer le cycle complet ». Nous avons commencé à trois amis dans un appartement il y a treize ans et sommes actuellement au sein d’une grande multinationale avec accès au marché mondial.

La boucle est bouclée serait donc un bon mot de fin ».

teammember mail bkg
Le manche du couteau
Le rapport de force entre employés et employeurs est une histoire qui date de la nuit des temps. L’avènement du…
Board Dinner Genève le 13 septembre 2022 avec Bertrand Levrat 
Parallèlement à notre activité principale de recherche de cadres, Ganci Partners a pour vocation d’organiser des événements réguliers, dont l’objectif…
Le travail à temps partiel – un problème de prospérité
Récemment, un directeur d’hôpital nous a parlé de ses (et de nos) défis sur le marché du travail. Selon lui,…
GANCI PARTNERS FÊTE 10 ANS D’EXCELLENCE
DANS L’EXECUTIVE SEARCH EN SUISSE
Cher·ère·s client·e·s, partenaires, ami·e·s, 2012-2022, 10 ans déjà Ganci Partners a 10 ans. J’en suis heureux et je souhaite le…
Et à la fin…. La négociation salariale
Imaginez que vous en êtes au deuxième et dernier tour d’un processus de recrutement. Jusqu’ici, tout vous convient : le…
Le piège du télétravail à long terme
Le développement technologique et la connectivité numérique posent la question : avons-nous vraiment besoin d’être ensemble, dans un bureau, pour…
Les limites de la numérisation
La numérisation et la pénurie de talents sont deux tendances actuelles qui, par nature, affectent fortement le secteur de l’Executive…
Déjeuner avec Nicolas Durand,
Co-fondateur et CEO d’Abionic
Ganci Partners a lancé en 2018 une série de déjeuners-interviews avec des dirigeantes et dirigeants d’entreprises locales, concept que nous…
Le chasseur chassé
Pour quiconque s’intéresse aux entretiens de recrutement, il est une évidence que l’auto-description de leur personnalité par des candidates et…
Ganci Partners – CEO Dinner Genève le 5 mai 2022 avec Monsieur Denis Berdoz
Attachés à jouer un rôle au sein de la communauté locale, au-delà de notre activité première de recrutement de cadres…
© Tous droits réservés Ganci Partners    |    

This website is protected by reCAPTCHA and Google | Privacy | Terms

Design par benben.ch